France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe arabe à l'Atlantique.


Barack Obama, sa mère et la CIA

Publié par Gilles Munier sur 8 Juillet 2012, 06:21am

Catégories : #CIA

Par William Blum* (revue de presse : Mondialisation.ca – 6/7/12).

Dans son autobiographie, Dreams From My Fathers, Barack Obama écrit qu’il a travaillé à un moment donné après avoir été diplômé de l’université de Colombia en 1983. Il y décrit son employeur comme étant “une maison de consultation pour de grosses entreprises multinationales” de la ville de New York et que ses fonctions étaient celles “d’assistant de recherche” et d’ “écrivain financier”.

Bizarrement, Obama ne mentionne jamais le nom de son employeur. Pourtant, un papier du New York Times daté du 30 Octobre 2007, identifie la compagnie comme étant Business International Corporation. Tout aussi bizarrement, le NYT n’a pas rappelé à ses lecteurs que le journal avait lui-même révélé en 1977, que Business International avait donné une couverture pour 4 employés de la CIA qui furent envoyés dans différents pays entre 1955 et 1960 (1). Le journal britannique Lobster, qui, malgré ce sobriquet, est une publication internationale de référence en matière de renseignement, a rapporté que Business International était actif dans les années 1980 dans la promotion des candidatures de candidats favoris de Washington en Australie et aux îles Fidji (2). En 1987, la CIA a renversé le gouvernement fidjien après que celui-ci ne fut installé que depuis un mois, parce que ce gouvernement avait décidé de garder l’île comme une zone non-nucléaire, ce qui voulait dire que les navires de guerre américains ou les vaisseaux transporteurs d’armes nucléaires, propulsés au nucléaire, ne pourraient pas y faire escale (3). Après le coup d’état aux Fidji, le candidat soutenu par Business International, qui était bien plus souple avec les désirs de Washington concernant le nucléaire, fut réinstallé au pouvoir; R.S.K Mara fut premier ministre ou président des Fidji de 1970 à 2000, à part le mois de rupture en 1987…

Dans son livre, non seulement Obama ne mentionne pas le nom de son employeur, mais il ne dit pas non plus exactement quand il a travaillé pour lui, ou quand il a quitté l’emploi. Il n’y a peut-être aucune importance à ces omissions, mais dans la mesure où Business International a une longue association avec le monde du renseignement, des actions, opérations secrètes et des tentatives d’infiltrer la gauche radicale, ceci incluant la Students Democratic Society (SDS), il est raisonnable de se demander si l’évasif Mr Obama cache quelque chose au sujet de son association avec ce monde (4).

De surcroît, il y a le fait que sa mère, Ann Duhnam, a été associée comme employée dans les années 1970 et 80 et aussi comme consultante, bénéficiaire ou élève, avec au moins 5 organisations qui avaient des liaisons intimes avec la CIA durant la guerre froide: La Ford Foundation (NdT: gérée par des cadres de Rockefeller et de la Rockefeller Foundation), L’Agence Internationale de Développement (NdT: l’USAID, vitrine de la CIA pour l’étranger), l’Asia Foundation, Development Alternatives Inc., et l’East-West Centre de Hawaii (5) Durant cette période, elle travailla essentiellement comme anthropologiste en Indonésie et à Hawaii, étant en très bonne position pour collecter et transmettre des informations cruciales sur les communautés locales.

Exemple parmi les connections de la CIA et de ces organisations, considérez la divulgation par John Gilligan, le directeur de l’USAID pendant le gouvernement Carter (1977-81): “A un moment donné, beaucoup des bureaux de l’AID furent infiltrés du haut vers le bas de la pyramide par des gens de la CIA. L’idée était d’implanter des agents de terrain dans toutes sortes d’activités que nous avions à l’étranger, dans les gouvernements, les bénévoles, les religieux, tout” (6). Development Alternatives Inc. est l’organisation pour laquelle travaillait Alan Gross lorsqu’il fut arrêté à Cuba et accusé d’être partie prenante des opérations de déstabilisation du gouvernement cubain.

* William Blum est un journaliste et écrivain étasunien, connu pour dénoncer les méfaits de la CIA depuis la fin des années 60, notamment en publiant les noms de certains de ses agents dans le monde. Il dirige The Anti-Empire Report. Ouvrages traduits en français : Les Guerres scélérates (Parangon, 2004), L'État voyou (Parangon, 2002), Mythes de l'Empire (Aden).

Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31790

Traduction : Résistance 71

(1) New York Times, December 27, 1977, p.40

(2) Lobster magazine, Hull, UK, #14, November 1987 

(3) Rogue State, op. cit., pp.199-200 

(4) Carl Oglesby, Ravens in the Storm: A Personal History of the 1960s Antiwar Movement (2008), passim

(5) Wikipedia entry for Ann Dunham 

(6) George Cotter, "Spies, strings and missionaries", The Christian Century (Chicago), March 25, 1981, p.321 

Commenter cet article

fd 10/07/2012

On ne dit pas "anthropologiste" en français, mais anthropologue (anthropologist c'est en anglais). Par ailleurs le jugement synthétique a priori chez Kant (ça c'est dans un autre de vos billets)
n'est pas une expression applicable aux journalistes, mais à des jugements par lesquels la Raison pure joint à des objets non empiriques des prédicats qui ne sont pas analytiquement compris dans le
sujet : par exemple dire que 5+7 sont 12, 12 n'étant pas analytiquement inclus dans 5+7, alors que "la banane est un fruit" peut être considéré comme un jugement analytique, la banane ayant été
défini comme un sous ensemble de la catégorie "fruit"

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog