France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe arabe à l'Atlantique.


Ismaël Haniyeh, le Hamas et les Frères Musulmans

Publié par Gilles Munier sur 14 Janvier 2012, 07:28am

Catégories : #Palestine

Par Ramsy Baroud (revue de presse : Palestine Chronicle - extrait – 5/1/12)
Il est intéressant de savoir que la première visite officielle, hors de Gaza, du Premier ministre Haniyeh a été pour les Frères Musulmans, dans leur quartier général de Moqattam au Caire, avec lesquels il a partagé son message de résistance à l’occupation israélienne, d’unité nationale avec le Fatah et de solidarité avec les pays musulmans avant de poursuivre sa tournée.


Il va sans dire que la percée politique du Hamas en 2006 et les nombreuses tentatives pour l’isoler, le détruire vont marquer les nouveaux partis islamiques dans certains pays arabes. Sa capacité à survivre a inévitablement été enregistrée par les nouveaux politiciens musulmans en Egypte et ailleurs d’autant que les premiers fruits de la révolution égyptienne ont été récoltés par les partis musulmans. Hamas fait prudemment son chemin. Hamas est, a commenté Haniyeh, au Caire, « un mouvement djihadiste des Frères musulmans avec un visage palestinien ». (…)


Hassan al-Banna
et la libération de la Palestine
Un regard rapide sur les racines du mouvement des Frères Musulmans en Palestine montre que le commentaire d’Haniyeh est à peine exagéré. Dès la création du mouvement à Ismailiyya en Egypte en 1928 par, entre autres,  Hassan al Banna, il a vite trouvé en Palestine un écho pour rallier autour de  l’unité tous les musulmans de la région. Le premier lien a été tissé en Palestine par Abd al-Rahman al-Banna, le frère du fondateur, en visite en Palestine, avec sa rencontre avec le mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini.


 Le mouvement devint visible au cours de la révolte de 1936 lorsqu’il fit connaître au reste du monde arabe le message de la Palestine sur un mode islamique : la cause palestinienne devint immédiatement sa mission centrale et sa vocation, avec à la tête du Comité général central pour l’Aide à la Palestine, Hassan al-Banna lui-même.


Plus tard, en avril 1948, quand la plupart des gouvernements arabes tarda à prendre la défense de la Palestine, le mouvement déploya trois bataillons de volontaires. Le nombre de ces volontaires, au cours de la guerre et ensuite sous la Nakba, varie, mais Hassan al-Banna, lui-même, notait, en mars 1948, qu’il y en  avait 1500.


Les relations entre les Frères Musulmans et la Palestine eurent des hauts et des bas mais elles ne furent jamais totalement rompues, même avant la création officielle du Hamas en 1987. Le mouvement fonctionnait sous des étiquettes différentes, mais toujours en liaison avec le mouvement en Egypte.


La rencontre entre Haniyeh et Badie au Caire doit être lue dans ce contexte historique car elle représente une réunion triomphale et une possible coordination ouverte qui redonnera vigueur à la branche palestinienne du mouvement et fournira au Hamas des moyens de pression accrus après des années d’isolement et en dépit des troubles politiques dans la région. (…)


Traduction: Xavière Jardez – Titre et sous-titre: AFI-Flash
Ramzy Baroud, journaliste international, est le directeur du site PalestineChronicle.com
Titre original et texte intégral: Hamas, the Brotherhood: reanimating history
http://palestinechronicle.com/view_article_details.php?id=17369

Commenter cet article

Matthieu 26/01/2012

Je ne sais pas du tout ce que peuvent espérer le Hamas de leurs "cousins" Frères musulmans à part trahison, parjure, belles paroles et coups bas pour soutenir l'entité sioniste. Ces actes sont les
seuls par lesquels se distinguent les "Frères", et les 1500 combattants en Palestine ne sont qu'un écran de fumée pour détourner le regard de leurs forfaits moins glorieux : financement par la
Compagnie anglo-française du Canal de Suez lors de la fondation (1928), accord avec Dwight Eisenhower contre "le communisme et ses satellites" (entendez par satellites : Nasser et le Ba'ath)en
1953, fuite en Arabie Saoudite et soutient à toutes les tentatives de déstabilisation de l'Egypte et de la Syrie dès lors. Aujourd'hui cette mauvaise graine tente de revenir développer ses pousses
venimeuses en Egypte et ailleurs à la faveur de "révolutions arabes" manipulées sinon téléguidées par Washington... Que du beau monde.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog