Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Arabes des marais - Le procès

Publié par Gilles Munier sur 9 Août 2010, 16:25pm

Catégories : #Irak

Le 2 août 2010, le Haut tribunal irakien a condamné à mort Mezban Khider Hadi (1), membre du Conseil de Commandement de la Révolution (CCR) pour son rôle dans l’assèchement des marais du sud du pays, Abdel Ghani Abdel Ghafour (2)haut dirigeant du parti Baas -  à la prison à vie, mais condamné à la pendaison, en décembre 2008, pour sa participation à  la répression du soulèvement chiite pro-iranien après la 1ère guerre du Golfe. Le témoignage de la baronne Emma Nicholson, militante anti-Saddam siégeant à la Chambre des Lords britannique, qui a affirmé en 2009 - sans preuve avérée - que des armes chimiques avaient été employées pour déloger les habitants des marais, aurait  été déterminant dans la décision des juges.

Un vieux projet britannique

   Le projet d’assèchement n’est pas sorti de l’imagination - obligatoirement  démoniaque pour ses contempteurs - du Président Saddam Hussein *. Ildate des années 50 et c’est un projet britannique. La percée d’un fleuve artificiel avait à l’origine pour but de détourner l’eau alimentant les marais vers des canaux d’irrigation. Des travaux préliminaires avaient débuté en 1953 sur la base d’études réalisées par l’ingénieur en chef britannique Franck Haigh. Mais, ils ont été abandonnés après le renversement de la monarchie hachémite par le général Kassem le 14 juillet 1958.

   Dans son dix-neuvième entretien avec le FBI, le Président Saddam Hussein a déclaré que « le gouvernement irakien avait décidé d’assécher les marais pour le bien de ses habitants et pour des raisons stratégiques ». Le besoin de pourchasser les bandits et les contrebandiers qui s’y cachaient, ou de réduire des maquis d’opposants pro-iraniens ou communistes comme ceux qui y ont proliféré à une certaine époque, n’était pas la préoccupation majeure des initiateurs de l’opération. George Piro, son interviewer, ne lui a pas parlé d’utilisation d’armes chimiques dans ce secteur. De toutes manières, la construction des barrages turcs sur l’Euphrate et le Tigre signifiait, à terme, la disparition de ces vastes étendues marécageuses et la salinisation des terres s’étendant entre les deux grands fleuves.

Un projet de développement

victime de l’embargo

   Le Troisième fleuve fut réalisé en un temps record. Les travaux débutèrent en 1991, juste après la 1ère guerre du Golfe. A l’époque, personne n’imaginait que l’embargo imposé à l’Irak par l’ONU, durerait treize ans. L’achat de pompes, de vannes, de semences, d’engrais, de tracteurs et de divers matériels agricoles, n’étant autorisé qu’après accord du Comité des sanctions des Nations unies, les projets agricoles liés au Troisième fleuve, rebaptisé Fleuve Saddam, ne purent jamais être totalement réalisés. Dans les faits, la plupart des contrats fut annulée ou suspendue sous prétexte de possibilités de « double emploi » de certains matériaux. Les rouages de pompes, disaient les Américains, étaient fabriqués en aciers rares et pouvaient être utilisés pour fabriquer des bombes… Des pièces de moteurs de tracteurs pouvaient équiper certains chars d’assaut… Les produits chimiques composant les engrais permettaient de concocter des armes de destruction massive !… Résultats : les zones asséchées demeurèrent en l’état et se désertifièrent. Les habitants des marais - les Ma’dan - qu’on voulait reconvertir en paysans durent émigrer vers Kirkouk ou aux abords d’autres marais, notamment près de Samara.

Eaux contaminées

par les massacres interreligieux

   Après la chute de Bagdad en 2003, le projet onusien lancé pour ressusciter une partie des marais de Mésopotamie et leur écosystème, n’a pu être totalement réalisé en raison du manque d’eau provoqué par les retenues effectuées en Turquie, en Iran et en Syrie, et par l’extrême salinité des sols. La pollution est telle que la consommation de poisson a été un moment interdite en raison de la contamination des eaux occasionnée par les milliers de cadavres flottant dans les rivières après les massacres interreligieux qui ont ensanglanté l’Irak. Une seconde mort des marais n’est malheureusement pas exclue.

* Extrait actualisé de : Guerre de l’eau au pays des deux fleuves (mai 2006)

http://www.france-irak-actualite.com/pages/guerre-de-l-eau-au-pays-des-deux-fleuves-mai-2006--1982344.html

Notes :

(1) Mezban Khider Hadi a été arrêté le 9 juin 2004 et emprisonné au camp Cropper. Il fait partie des prisonniers de guerre baasistes remis au régime de Bagdad.

(2) Abdel Ghani Abdel Ghafour a été membre du Commandement régional du parti Baas de 1982 à 2001.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents