Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


L'Arabie saoudite, royaume à bout de souffle

Publié par Gilles Munier sur 19 Janvier 2015, 18:17pm

Catégories : #Arabie

L'Arabie saoudite, royaume à bout de souffle

Par Armin Arefi (revue de presse : Assawra – 19/1/15)*

La gérontocratie saoudienne vacille. Le roi Abdallah d'Arabie saoudite, âgé de 90 ans, a été hospitalisé le 31 décembre en raison d'une pneumonie. La dégradation de son état de santé déjà chancelant - le souverain a subi de nombreuses opérations au cours des dernières années - a même nécessité la mise en place d'un tube pour l'aider à respirer. Et a, inévitablement, relancé le débat explosif sur sa succession, à l'heure où l'Arabie saoudite est directement menacée par la montée en puissance de l'organisation État islamique (EI). Officiellement, c'est le prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz, demi-frère du monarque, âgé lui-même de 77 ans, qui est appelé à lui succéder.

"Le système de succession en Arabie saoudite est adelphique, contrairement à l'Europe où il demeure patrilinéaire", souligne Nabil Mouline (1), grand spécialiste de l'Arabie saoudite au CNRS et à Stanford. À la différence des monarchies "classiques", où le trône se transmet verticalement de père en fils, le règne saoudien passe de frère en frère d'une même génération, à la mort de chacun d'entre eux, selon un ordre préétabli. Lorsque le dernier membre d'une fratrie décède, le relais est alors passé à la génération suivante. "Chaque transition générationnelle donne lieu à des guerres fratricides acharnées où c'est le prince le plus fort qui l'emporte", souligne Nabil Mouline.

À sa mort en 1953, Abdelaziz al-Saoud, premier roi de l'Arabie saoudite moderne, laisse derrière lui une trentaine d'épouses avec lesquelles il a eu une cinquantaine de fils. Cinq d'entre eux - Saoud, Fayçal, Khaled, Fahd et Abdallah - lui succéderont sur le trône jusqu'à aujourd'hui. Pour que les autres frères ne se sentent pas lésés, la famille Saoud a mis en place un système de répartition horizontale du pouvoir. "Le roi n'est pas un monarque absolu", pointe Nabil Mouline. "Chaque prince s'approprie un fief et essaie de thésauriser un maximum de ressources afin de conquérir le plus de pouvoir possible."

Pour peser au sein de la famille royale, les plus grands princes se réunissent autour de factions regroupant des personnalités influentes du royaume : oulémas (religieux), bureaucrates, hommes d'affaires et intellectuels. Actuellement, les deux plus grandes sont la faction du roi Abdallah - le roi, ses fils, des demi-frères et leurs clients - et celle dite des "Soudayri" : sept frères germains (ils ont la même mère, NDLR) réunis autour du prince Salmane. Par ministères interposés, les deux groupes se livrent une lutte sans merci. "Le plus grand terrain de cette rivalité demeure l'étranger, où chaque faction joue sa propre diplomatie pour mieux la réinvestir sur le plan interne", explique Nabil Mouline.

Or, la multiplication des centres de décision brouille considérablement la diplomatie du pays. La crise syrienne en est le parfait exemple. Officiellement engagée auprès de l'opposition modérée à Bachar el-Assad, l'Arabie saoudite finance aussi certains groupes djihadistes parmi les plus radicaux en raison de la volonté de certains princes à voir le Front al-Nosra (al-Qaida en Syrie) et l'EI obtenir la tête du président syrien. Une politique incendiaire qui se retourne aujourd'hui contre la pétromonarchie, première cible de l'organisation État islamique. Le 5 janvier, un attentat suicide attribué à l'EI a d'ailleurs coûté la vie à trois gardes-frontières saoudiens, dont un haut gradé, à proximité de l'Irak, où est implantée l'organisation.

Du point de vue régional, l'Arabie saoudite, royaume wahhabite (version ultra-rigoriste de l'islam sunnite), demeure en perte de vitesse dans sa "guerre froide" contre l'Iran chiite. En Irak, en Syrie, au Yémen ou encore à Bahreïn, Riyad voit les chiites - pourtant ultra-minoritaires (10 %) dans le monde musulman - gagner en influence dans la région, au détriment des sunnites. "La nature même du pouvoir saoudien empêche le pays de jouer pleinement son rôle régional que lui confèrent pourtant sa taille et ses ressources", pointe Nabil Mouline. Or, la menace résonne jusqu'au coeur de la pétromonarchie saoudienne, régulièrement secouée par des manifestations de sa minorité chiite, présente en grand nombre dans sa province pétrolière du Hasa (est du pays).

Principale source de revenus de l'Arabie saoudite, le pétrole constitue pourtant aujourd'hui son talon d'Achille. Jusqu'ici, l'alliance pétrole contre protection entre Washington et Riyad, scellée en 1945 par le pacte de Quincy, garantissait la sécurité du royaume. Or, cette entente est remise en cause par les formidables réserves de gaz de schiste désormais exploitées aux États-Unis. L'entrée sur le marché du pétrole américain explique d'ailleurs en partie la chute vertigineuse des cours du brut, qui coûte très cher au royaume : Riyad prévoit un déficit budgétaire de 38,6 milliards de dollars pour l'année 2015.

Si les formidables réserves saoudiennes en liquidités (environ 800 milliards de dollars) accordent indéniablement un sursis à la monarchie, une crise prolongée menacerait, à terme, le pacte rente pétrolière contre paix sociale entretenu avec sa population. Car, contrairement au Qatar et aux Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite est un pays fortement peuplé (21,3 millions de Saoudiens), jeune (47 % de la population a moins de 25 ans) et lourdement frappé par le chômage (25 % de chômeurs). Une bombe sociale à retardement que la gérontocratie saoudienne ne peut se permettre d'ignorer.

Dans ce contexte explosif, la monarchie Saoud n'a pas le droit de rater sa succession. "Pour faire face aux défis régionaux comme internes, l'Arabie saoudite doit absolument se métamorphoser en adoptant un système politique monocéphale autour d'une personnalité nouvelle forte de la famille royale", insiste le spécialiste Nabil Mouline. Une obligation pour le royaume, compte tenu de l'âge avancé des deux princes héritiers - Salmane, 77 ans, et Moqren, 69 ans -, et surtout de la lutte déjà acharnée que se livre en coulisse la pléiade de petits-fils de la troisième génération Saoud. Dans le cas contraire, la gérontocratie pourrait signer son arrêt de mort.

Photo: Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite
*Source: http://assawra.blogspot.fr/2015/01/larabie-saoudite-royaume-bout-de-souffle.html
(1) Nabil Mouline, auteur de Histoire de l'Arabie saoudite (éditions Flammarion).

Sur le même sujet, lire aussi :

Philby vs Lawrence d’Arabie = Ibn Saoud

Quand la France lorgnait vers les wahhabites

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents