Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Des chiites prennent les armes contre Nouri al-Maliki

Publié par Gilles Munier sur 18 Juillet 2014, 05:08am

Catégories : #Irak

Des chiites prennent les armes contre Nouri al-Maliki

Par Gilles Munier

Les chiites irakiens ne sont évidemment pas tous derrière le Premier ministre Nouri al-Maliki et le Grand ayatollah Ali al-Sistani, loin s’en faut, mais cela n’intéresse pas les médias. Qui sait que le 3 juillet une force d’intervention composée de commandos SWAT, de policiers et de militaires soutenus par 5 hélicoptères de combat ont tenté d’arrêter l’ayatollah Mahmoud al-Hassani Sarkhi, à Kerbala (80 km au sud de Bagdad), qui avait déclaré sur son site Internet qu’il soutenait les libérateurs de Mossoul et de la région de Ninive, qu’il était opposé ainsi à la partition du pays et contre tout sectarisme (1)?

Quarante adeptes de l’ayatollah Sarkhi et 5 policiers ont été tués dans l’opération, tandis que le siège de l’organisation chiite dissidente était rasé au bulldozer… « à l’israélienne ». Il faut reconnaître que Mahmoud al-Sarkhi avait aggravé son cas en qualifiant de « satanique » la fatwa de Sistani appelant les chiites à se porter volontaires pour enrayer la progression des « terroristes » vers Bagdad ! Ancien élève du Grand ayatollah Mohammad Sadeq al-Sadr, l’ayatollah al-Sarkhi ne reconnaît pas l’autorité de la hawza de Nadjaf, trop pro-iranienne à son goût. Depuis 2003, ses adeptes attaquent périodiquement les bureaux du Grand ayatollah al-Sistani et ses envoyés dans les provinces du sud de l’Irak.

Soutien sunnite à l’ayatollah Sarkhi

Bien que ne partageant pas l’interprétation du Coran faite par les djihadistes de l’ «Etat islamique», beaucoup de chiites irakiens ont été scandalisés d’entendre Sistani - plutôt respecté - décréter que les islamistes sunnites – majoritairement arabes et irakiens – devaient être considérés comme des ennemis, alors qu’en avril 2003 le même Sistani – d’origine iranienne - avait demandé aux chiites irakiens de rester neutres face aux troupes occidentales envahissant l’Irak.

A l’inverse, l’ayatollah Al-Sarkhi, incarcéré un temps à la prison d’Abou Ghraib sous Saddam Hussein, mobilisait les chiites contre les occupants étrangers. Les ayatollahs de Nadjaf tentèrent de le faire passer pour un «illuminé »*, puis la télévision iranienne l’accusa en 2006 d’être un « agent israélien », dénonciation calomnieuse - évidemment sans preuve - si souvent utilisée au Proche-Orient qu’elle ne convainc que ceux disposés à la croire.

La chaîne iranienne ayant refusé de s’excuser, l’Armée de l’imam Hussein – la milice d’Al-Sarkhi – incendia le consulat iranien à Bassora et hissa le drapeau irakien sur le bâtiment.

En 2007, la CIA et Nouri al-Maliki soupçonnant Sarkhi – à tort ou à raison - de vouloir assassiner les Grands ayatollahs de Nadjaf - Ali Sistani, Bashir Najafi, Muhammad Ishaq Fayyad et Muhammad Said al-Hakim – tentèrent une nouvelle fois de l’arrêter, sans résultat autre que de tuer 250 de ses adeptes (2).

L’Association des oulémas musulmans (AMSI), présidée par le cheikh Harith al-Dari, un des principaux opposants sunnites au régime de Bagdad, a réagi aussitôt après l’annonce du soulèvement chiite à Kerbala de juillet. Elle a apporté son soutien à Sayyid Al-Sarkhi, rappelant ses combats contre les troupes d’occupation américaines et les interférences iraniennes dans les affaires de l’Irak (3).

Photo : L’ayatollah Mahmoud al-Hassani Sarkhi

(1) Iraqi Shia cleric declares support for Sunni uprising, (5 pillars - 4/7/14)

Tensions high in Karbala following Sarkhi clashes, (Alsharq al-Awsat – 4/7/14)

(2) Fighters For Shiite Messiah Clash With (Informed Comments – 29/1/07)

(3) AMS calls on South's sons to back Sayyid Al Sarkhi (AMSI – 4/7/14)

* Nota :

Pour discréditer l’ayatollah Mahmoud al-Hassani Sarkhi, la CIA, le régime Maliki et la hawza de Nadjaf associent régulièrement son nom et ses activités à celles de véritables illuminés qui disent être le Mahdi ou un de ses envoyés. Ce fut justement le cas en 2007, lorsque Dia Abdul Zahra, originaire de Hilla âgé de 37 ans, « imam caché » autoproclamé a attaqué Nadjaf à la tête de ses Soldats du ciel – Jund As-Samaa – et a été tué par l’armée irakienne appuyée par des hélicoptères américains. Ça l’est encore aujourd’hui avec l’apparition à Bassora d'un certain Ahmad al-Hassan « le yéménite » qui se présente comme l’envoyé du Mahdi.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents