Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l'Atlantique

France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l'Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l'Atlantique. Traduction d'articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.


Benghazi à feu et à sang : La fin de la sale guerre ? (revue de presse)

Publié par Gilles Munier sur 4 Août 2011, 11:12am

Catégories : #Libye

Par Larbi C. - revue de presse – Horizons (Algérie - 2 août 2011)*

Le spectre de l’enlisement pend au nez des aventuriers et des revanchards atlantistes qui ont fait de l’Otan un instrument de reconquête néo-coloniale.

Aujourd’hui, après 6 mois de bombardement intensif et de «bavures» à répétition touchant paradoxalement la population civile, Washington, Moscou et Londres qui reconnaissent clairement la persistance de l’impasse redoutent les conséquences chaotiques en Libye et dans la région sahélo-sahélienne infestée de réseaux d’El Qaïda.

L’échec de la guerre éclair a non seulement conforté Tripoli dans son droit légitime à la résistance, mais aussi, montré la réalité d’un mouvement en déliquescence imposée en instance dirigeante où tente de cohabiter un fatras de transfuges du régime de Kadhafi, des djihadistes de l’Union des forces révolutionnaires et de la brigade Obeida Ibn Jarrah et des personnalités indépendantes.

Le mythe de la «Libye libre», démocratique et porteuse de valeurs humanitaires, a explosé à la face du monde avec l’exécution sommaire du chef d’Etat major, Abdel Fattah Younés. L’autre visage de Benghazi, ignorée par la presse aux ordres de Paris et de Doha, véhicule le sentiment d’insécurité et la désespérance traduite par la désertion en masse des membres du CNT fuyant en Turquie ou regagnant Tripoli. La guerre fait rage à Benghazi entre les djihadistes qui se veulent hégémonique et des tribus influentes. La bloggeuse espagnole Leonoren, présente à Benghazi, confirme en vidéo, le massacre des 120 membres de la tribu des Warfallah par El Qaïda et la liquidation de 120 partisans du CNT. Benghazi à feu et à sang est l’expression concrète d’une aventure qui a tourné court. La fin des illusions consomme les chimères d’un humanisme à relent pétrolier.

Le Quai d’Orsay qui se refuse à toute similitude entre les «situations en Libye et en Syrie» fragilise la base légale du mandat onusien inscrite dans la résolution 1973 portant sur la «protection des populations civiles». Dans cette guerre injuste, l’esprit de résistance qui a permis de mettre en échec la puissante machine militaire de l’Otan se renforce. De Tripoli, Saïf Al-Islam promet d’aller jusqu’au bout. En a-t-il le choix ? «Personne ne peut penser, dira-t-il, qu’après tous les sacrifices que nous avons consentis, le martyre de nos enfants, de nos frères et de nos amis, nous allons cesser le combat. Ne comptez pas là-dessus. Que l’OTAN parte ou reste, nous continuerons jusqu’à ce que toute la Libye soit libérée».

* http://www.horizons-dz.com/monde/24828.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yacouba Aliou 04/08/2011 12:58


Haro sur la coalition de l'OTAN. Vive la vérité et a bas le mensonge et l'hypocrisie.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents