Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Bachar al-Assad doit libérer Chebli al-Ayssami

Publié par Gilles Munier sur 26 Mai 2012, 10:05am

Catégories : #Syrie

Par Gilles Munier

Chebli al-Ayssami, un des fondateurs historiques du Parti Baas, âgé de 87 ans, a été enlevé il y a un an dans la région de Aley, au Liban, par un commando se déplaçant, dit-on, dans une voiture portant une plaque d’immatriculation officielle syrienne. A l’époque, la nouvelle est passée quasiment inaperçue.

Il écrivait, dit-on, un ouvrage sur la réforme des principes de l’idéologie baasiste et refusait de se rendre à Damas pour signer – de son plein gré ! - une déclaration favorable à la politique menée par Bachar al-Assad.

Un homme de dialogue

Sa fille, Raja Charafeddine Ayssami, a retracé ainsi son parcours politique: « Chebli Ayssami est né pauvre. Il a œuvré dans la politique 50 années durant et il a occupé, durant cet intervalle, diverses fonctions. Il a été nommé ministre à trois reprises et a été aussi vice-président de la République arabe syrienne. Il a achevé sa carrière politique en 1992, aussi pauvre qu’il l’avait commencée. Chebli Ayssami n’a pas cherché les honneurs, ni l’argent, ni les hautes fonctions. Il a simplement cru dans la grandeur de notre peuple arabe et dans ses capacités sans limites. Il a lutté cinquante années durant pour rétablir la gloire de cette nation et son rôle d’avant-garde, sans se soucier jamais de son intérêt particulier ».

Opposant au régime du Président Hafez al-Assad, Chebli al-Ayssami a vécu à Bagdad où il était secrétaire général adjoint du Commandement national du Parti Baas, dirigé à l’époque alors par Michel Aflak. Je l’ai rencontré à quelques reprises dans les années 80, quand il animait – avec l’ancien président syrien Amin al-Hafez – une coalition d’opposants comprenant notamment Adnan Saaddedine, chef des Frères Musulmans syriens. Al-Ayssami était un homme de dialogue, ouvert et chaleureux.

Sa mort en prison serait un crime.

Interrogé par une commission parlementaire libanaise sur les droits de l’homme, le général Achraf Rifi, directeur général des Forces de sécurité intérieure (FSI), a affirmé qu’une des pistes suivies par ses enquêteurs s’arrêtait aux portes de l’ambassade de Syrie à Beyrouth.

Selon le général Hussam ad-Deen al-Awak, défecteur de l’armée syrienne, Chebli al-Ayssami, a été kidnappé avec l’aide de membres du parti druze Tawhid, et transféré dans un premier temps à la section 325 des services de renseignements militaires syriens à Mezzé, dans la banlieue de Damas. Depuis : pas de nouvelle. En avril, le bruit a couru qu’il était mort, mais la famille a démenti l’information.

Bachar al-Assad doit ordonner au clan responsable de l’enlèvement de Chebli al-Ayssami de le libérer. Son kidnapping est une stupidité crasse. Le maintien en détention d’un homme de cet âge est lamentable, intolérable, honteux. Sa mort en prison serait un crime.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents