Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l'Atlantique

France-Irak Actualité : actualités du Golfe à l'Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak et du Golfe à l'Atlantique. Traduction d'articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne.


L’Algérie a ses « Tontons macoutes »

Publié par Gilles Munier sur 28 Novembre 2017, 21:44pm

Catégories : #Algérie, #Terrorisme

Le commandant Azzedine

Le commandant Azzedine

Revue de presse : Le Quotidien d’Algérie  (26/11/17)* 

Dans une lettre adressée par sa fille à la rédaction de Casbah-Tribune, le commandant Azzedine dénonce le kidnapping et l’assassinat de son gendre Hamza Hadjouti.

(Le commandant Azzedine est une des grandes figures de la guerre d’indépendance de l’Algérie. Dans un de ses livres de souvenirs, le général Bigeard le cite parmi ses trois principaux adversaires).

L’enlèvement a eu lieu mercredi. Alors que Hadjouti rendait visite à son père récemment opéré à l’hôpital Mustapha Pacha, lui et son épouse ont été encerclés par des personnes qui se sont présenté comme des agents de la police judiciaire. Ces derniers ont d’abord embarqué Hamza Hadjouti dans un véhicule banalisé avant d’y installer son épouse. La fille du commandant a été abandonnée sur le chemin dans la région de Bouchaoui.

Une plainte a été déposée par le commandant Azzedine en personne au poste de gendarmerie du Club des Pins. « J’ai alerté les plus hautes autorités de la police mais en vain », écrit-il.

La famille de la victime et son épouse n’ont eu aucune nouvelle de Hamza durant les deux jours suivants jusqu’à recevoir une convocation de la gendarmerie de Bab-Djeddid. « (Ils) se sont présentés, pour apprendre, comme aux objets trouvés, que Hamza Hadjouti est « décédé » jeudi à l’hôpital de Blida, que sa dépouille se trouve à la morgue de l’hôpital Mustapha et que le tribunal de Blida a délivré un constat de décès et un permis d’inhumer ».

La famille est dans l’incompréhension la plus totale depuis ce tragique évènement. Le commandant Azzedine clôt sa lettre par un cri de colère et d’indignation : « 84 ans, je prends la mesure de la désespérance de notre jeunesse à l’aune du chagrin qui nous mine. Les Tontons Macoutes agissent et œuvrent en pleine lumière dans mon pays duquel je croyais la peur bannie ». Il lance un appel aux autorités concernées et leur dit : « Faites la lumière avant que mes yeux ne se ferment ! Je ne crie pas vengeance, je réclame justice ».

Source : Le Quotidien d’Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents