Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


La nouvelle charte du Hamas s’adapte aux « frontières de 1967 » mais sans reconnaître l’entité sioniste

Publié par Gilles Munier sur 3 Mai 2017, 04:49am

Catégories : #Palestine, #Gaza, #Sionisme, #Trump

Logo du Hamas

Logo du Hamas

Revue de presse : Chronique de Palestine (2/5/17)*

 

Ma’an News** Le Hamas dévoile une nouvelle charte et accepte les frontières de 1967 pour un futur État palestinien.

 

Le mouvement Hamas a annoncé sa nouvelle charte lundi soir, en acceptant un État palestinien le long de la frontière verte de 1967, tout en rejetant toute légitimité de « l’entité sioniste » en référence à l’état d’Israël.

 

« Le Hamas rejette toute alternative à la libération totale et complète de la Palestine, du fleuve [Jourdain] à la mer. Cependant, sans compromettre son rejet de l’entité sioniste et sans renoncer à aucun droit palestinien, le Hamas considère la création d’un État palestinien pleinement souverain et indépendant – avec Jérusalem comme capitale, le long des frontières du 4 juin 1967, avec le retour des réfugiés et des déplacés dans leurs maisons d’où ils ont été expulsés – comme une formule de consensus national », a déclaré la charte.

 

La reconnaissance des frontières de 1967 a été un grand changement par rapport à la position antérieure du groupe, qui a déclaré que « toute terre palestinienne est sacrée; qu’il n’y a pas de fin dans le conflit avec Israël ».

 

Malgré cette modification, le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a publié une déclaration concernant la charte, l’appelant un « écran de fumée », selon le quotidien israélien Haaretz.

 

« Nous voyons que le Hamas continue d’investir toutes ses ressources non seulement dans la préparation de la guerre contre Israël, mais aussi dans l’éducation des enfants de Gaza pour vouloir détruire Israël », a déclaré le communiqué.

La charte a souligné l’importance de Jérusalem en tant que capitale de l’État palestinien et l’importance de la mosquée d’Al-Aqsa pour les Palestiniens et les musulmans, en disant que « les complots de l’occupation, les mesures et les tentatives de judaïser Al-Aqsa et de le diviser sont nulles, vides de sens et illégitimes. »

 

Le groupe a maintenu sa position sur la question des réfugiés palestiniens, en disant que le droit au retour est un droit « inaliénable » et « naturel, individuel et collectif ».

 

« Le projet sioniste est un projet raciste, agressif, colonial et expansionniste basé sur le vol des propriétés des autres », a déclaré la Charte, en référence à Israël, ajoutant que ce projet « est hostile au peuple palestinien et à son aspiration à la liberté, à la libération, au retour et à l’autodétermination ».

 

Le Hamas maintient la légitimité de la résistance armée contre l’occupation, tout en acceptant d’autres formes de résistance non violente, et en disant que « la gestion de la résistance, en termes d’escalade ou de désescalade, ou en termes de diversification des moyens et des méthodes, fait intégralement partie du processus de gestion du conflit ».

 

Dans une autre modification par rapport à la charte précédente du groupe, écrite en 1988, le Hamas affirme à présent que le conflit israélo-palestinien « est avec le projet sioniste, et non avec les juifs en raison de leur religion ».

« Le Hamas ne lutte pas contre les Juifs parce qu’ils sont juifs, mais ils luttent contre les sionistes qui occupent la Palestine. Pourtant, ce sont les sionistes qui identifient constamment le judaïsme et les juifs avec leur propre projet colonial et leur entité illégale », dit la nouvelle charte.

 

Cette charte mentionne les positions du Hamas concernant le processus politique palestinien, et l’Autorité palestinienne dirigée par la Fatah (AP) de Ramallah. Un conflit de longue date avec le Hamas s’est aggravé ces dernières semaines, les dirigeants du Hamas accusant l’AP de mettre en action un « large plan » visant à « éliminer la cause palestinienne ».

 

« Le Hamas affirme que le rôle de l’Autorité palestinienne devrait être de servir le peuple palestinien et de sauvegarder sa sécurité, ses droits et son projet national », dit la Charte, tout en demandant simultanément des élections nationales libres et équitables.

 

Après que l’AP a annoncé fin janvier que des élections de fin janvier seraient prévues à la fois en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, le Hamas – le parti de facto au pouvoir dans Gaza – a rapidement rejeté le plan en disant que les élections ne devraient avoir lieu qu’après qu’une solution ait été trouvée à la rivalité vieille de plus de 10 ans entre le Hamas et le Fatah et qu’une réconciliation soit effective.

 

Le mouvement du Jihad islamique a rejoint le Hamas dans le boycott et, plus récemment, le Front populaire populaire pour la libération de la Palestine (PFLP) a suspendu sa participation aux élections en signe de protestation contre la répression violente des récentes manifestations face aux forces répressives de l’AP en Cisjordanie occupée.

 

La tentative la plus récente de tenir des élections locales est intervenue après que les élections prévues en octobre dernier aient été reportées, suite à des protestations après que la Cour suprême de l’AP ait voulu exclure la bande de Gaza du processus électoral.

 

Avant leur annulation, les élections municipales auraient été les premières dans la bande de Gaza depuis dix ans, après que la victoire du Hamas dans le vote de 2006 ait dégénéré en un conflit violent entre le Hamas et le Fatah.

 

*Source et Traduction : Chronique de Palestine

**Version originale : Ma’an News

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents