Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Récapitulatif de l’impact de BDS en 2016

Publié par Gilles Munier sur 21 Janvier 2017, 06:57am

Catégories : #Palestine, #Gaza, #BDS, #Israel

Récapitulatif de l’impact de BDS en 2016

Par le Palestinian BDS National Committee (revue de presse : BDS France.org – 1/12/16)*

 

La guerre de répression israélienne n’a pas réussi à arrêter la croissance du mouvement BDS pour les droits des Palestiniens

Les Palestiniens et les défenseurs de la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens se souviendront de cette année 2016, entre autre choses comme de l’année où Israël aura mené une guerre sans merci contre le mouvement BDS mondial, lancé par les Palestiniens pour les droits des Palestiniens, dans une tentative désespérée pour l’écraser.

A cet égard, on se souviendra également de 2016 comme de l’année d’un échec spectaculaire d’Israël, alors que BDS n’a cessé de s’étendre et que son impact sur le régime israélien d’occupation, de colonialisme de peuplement et d’apartheid s’intensifiait.

En 2016, Israël a déployé d’énormes actifs financiers, un espionnage intensif, une propagande bien huilée, du cyber « sabotage » et, avec encore plus d’intensité, une guerre juridique contre les défenseurs des droits de l’Homme et les réseaux BDS.

Très contrarié par l’extension de BDS en Occident, en Amérique latine, dans le monde arabe, en Afrique du Sud et dans une partie de l’Asie, Israël a espéré mettre à profit son énorme influence sur le Congrès et les parlements des Etats Unis, ainsi que sur les gouvernements de la France, du Royaume Uni et du Canada entre autres, pour interdire BDS. Israël a essayé de stigmatiser, de diaboliser et, dans certains cas, de délégitimer BDS par le haut, après avoir échoué à écraser le mouvement au niveau de la population et de la société civile mondiales.

Tout au long de cette année, BDS est devenu de plus en plus fort.

D’importantes multinationales, dont Orange et CRH, ont abandonné leur implication dans des projets israéliens qui empiètent sur les droits des Palestiniens. Cet abandon a suivi la sortie de Veolia d’Israël en 2015 après que cette société ait perdu des offres de milliards de dollars à cause des sept ans de campagne BDS.

Également cette année, des dizaines de conseils municipaux, principalement en Espagne, se sont déclarés « Zones Libres d’Aparthied », et d’importantes églises des Etats Unis ont retiré leurs investissements des banques israéliennes ou de sociétés internationales qui soutiennent l’occupation.

BDS a par ailleurs renforcé ses coalitions intersectionnelles de principe avec, entre autres, les mouvements pour la justice raciale, économique, de genre et climatique à travers le monde.

Une victoire exceptionnellement remarquable pour le mouvement BDS en 2016 fut qu’il a réussi à gagner du soutien pour le droit de boycotter Israël, en soutien des droits des Palestiniens selon le droit international, de la part de l’Union Européenne, du gouvernement de la Suède, des Pays Bas et d’Irlande, ainsi que d’Amnesty International, de l’Union Américaine pour les Libertés Civiques, de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme et de centaines de partis politiques, de syndicats et de mouvements sociaux du monde entier.

La logique d’apaisement du régime israélien d’oppression a commencé à céder la place à la logique d’une pression internationale soutenue qui a prouvé son efficacité dans le combat pour mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud. Le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, par exemple, a adopté, dans sa réunion du mois de mars, la décision de créer une base de données de toutes les sociétés israéliennes et internationales qui sont complices et profitent du régime israélien d’occupation. Ce remarquable développement a rendu nerveuses de nombreuses sociétés impliquées dans les graves violations du droit international par Israël.

La liste chronologique ci-dessous résume quelques uns des indicateurs les plus significatifs de l’impact, direct et indirect, de BDS dans différents domaines.

Faire un don au Comité National Palestinien du BDS pour nous aider à continuer à bâtir notre mouvement pour la liberté, la justice et l’égalité

Janvier

  • Orange laisse tomber son affiliation à Israël après une intense campagne BDS en Egypte et en France.
  • L’Église Méthodiste Unie se désinvestit des banques israéliennes qui financent l’occupation.
  • Des centaines d’universitaires du Brésil et d’Italie rejoignent le boycott académique d’Israël.
  • La société irlandaise CRH devient la dernière multinationale à quitter Israël.

 

Février

Faire un don au Comité National Palestinien du BDS pour nous aider à continuer à bâtir notre mouvement pour la liberté, la justice et l’égalité

Mars

La Suède devient le premier Etat européen à reconnaître le droit au BDS contre Israël.

 

Avril

 

Mai

 

Juin

 

Juillet

 

Août

 

Septembre

  • Des dizaines de conseils municipaux en Espagne, dont ceux de Grande Canarie, Séville, Cordoue et Sainte Eulalie à Ibiza, se déclarent « libres de l’apartheid israélien ».
  • Le compositeur britannique Brian Eno refuse le droit d’interpréter sa musique à tout groupe sponsorisé par l’État israélien.

 

Octobre

 

Novembre

Traduction J. Ch. + SF pour BDS France

Nota (AFI-Flash) : On doit ajouter à cette liste, la décision, prise en novembre, des organisateurs des JO d’exiger de tous les « opérateurs économiques », qu’ils inscrivent en toutes lettres la mention « colonies » sur les produits exportés par Israël et venant des colonies.

*Source: BDS France.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents