Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Mossoul ne sera pas libérée avant deux ans

Publié par Gilles Munier sur 6 Janvier 2017, 09:18am

Catégories : #Mossoul, #Irak, #Kurdistan, #Bagdad, #EI, #Daech, #Syrie

Maytham al-Zaïri, superviseur général de la mobilisation populaire irakienne

Maytham al-Zaïri, superviseur général de la mobilisation populaire irakienne

Dossier Mossoul, par Sputnik (revue de presse: 5/1/17)*

 

À en croire un superviseur général de la mobilisation populaire irakienne, interviewé par Sputnik, il est indispensable de présenter un front uni contre les djihadistes pour libérer la ville de Mossoul, ce qui pourrait d’ailleurs durer plus longtemps que prévu.

 

Dans une interview accordée à Sputnik, Maytham al-Zaïri — superviseur général de la mobilisation populaire irakienne, communément appelée «milice chiite » par les médias mainstream — explique pourquoi la bataille de Mossoul sera plus longue que ne le prévoyait la coalition internationale.

 

En guise de préambule, le superviseur a rappelé que la dénomination « milice chiite » était erronée à bien des égards, la mobilisation populaire partageant les mêmes objectifs que le reste du monde et participant à une guerre unie contre le terrorisme et l'organisation terroriste État islamique (EI, Daech).

 

« Les milices luttent contre les gouvernements, contrairement à nous qui luttons aux côtés des forces gouvernementales », a-t-il expliqué.

 

Concernant l'opération de libération de Mossoul, M. Zaïri a particulièrement insisté sur la nécessité de présenter un front uni contre les djihadistes qui y avaient pris leurs quartiers :

 

« Je ne pense pas qu'à elle seule l'armée irakienne soit capable de libérer la ville de Mossoul, malgré ses grandes qualités. Ainsi, elle a besoin du soutien de tous, que ce soit la mobilisation populaire ou les Peshmergas kurdes. La résolution du conflit ne peut passer que par des forces irakiennes. »

 

Le superviseur a également touché à la question épineuse d'une coopération avec la coalition internationale sous la houlette des États-Unis et souligné que la mobilisation populaire ne disposait pas de « relations directes avec aucune entité étrangère » et ne traitait qu'avec le gouvernement irakien.

 

Et de conclure : « Je suis persuadé que nous vaincrons. Nous avons tout ce qu'il faut pour cela. Cependant, nous avons besoin d'une longue période. Il ne faut pas écouter ceux qui disent que la victoire est pour bientôt. Nous espérons que la bataille contre Daech ne s'étendra pas au-delà de 2018. »


*Source : Sputnik

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents