Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Des terroristes israéliens nés aux Etats-Unis

Publié par Gilles Munier sur 24 Septembre 2015, 17:07pm

Catégories : #Sionisme

Des terroristes israéliens nés aux Etats-Unis

Par Sara Yael Hirschhornsept (revue de presse: New York Times – Opinion - 4/9/15 – Extraits - Traduction et Synthèse par Xavière Jardez)*

Le 31 juillet dans le village de Douma, un enfant de 18 mois était brûlé vif. Tout suggère que l’incendie a été l’œuvre délibérée du terrorisme des colons. Mais, ce qui est plus troublant, c’est que plusieurs de ses instigateurs, en détention pour l’instant, ne sont pas nés en Israël, mais aux Etats-Unis.

Il n’y a pas eu de tollé au sein de cette communauté ou de la part des colons et de leurs rabbins. Les personnalités de la communauté immigrée américaine, en Cisjordanie – occupée - ont minimisé les crimes ou offert des critiques édulcorées.

Il est bon de rappeler, ici, le massacre, en 1994, de Palestiniens – 25 morts et 125 blessés -, en prière, un vendredi de Ramadan, dans une mosquée d’Hébron, par un Américain, Baruch Goldstein, le plus sanglant acte de terrorisme juif connu à ce jour en Israël (1).

…(…)…

Et, soudain, un groupe d’immigrants juifs américains, vivant à la périphérie de la société israélienne, a surgi tel un paria. L’ancien président d’Israël, Chaim Herzog avait qualifié les Etats- Unis de « chaudron » de la terreur juive ; le quotidien Maariv s’en est pris aux Juifs américains pourvoyeurs d’ « enfants fanatiques en Israël » et un journaliste israélien a même réclamé que l’immigration de Juifs américains militants soit interdite afin de préserver Israël des « Goldstein de demain » …

Mais demain est arrivé.

Après des décennies d’impunité à l’égard des colons coupables de crimes, l’Agence de sécurité intérieure, Shin Bet, semble décidée à intervenir. Elle a arrêté quatre jeunes qui pourraient être liés aux récents actes terroristes (2). Trois des quatre sont d’origine américaine.

Le Juif extrémiste le plus « recherché » est Meir Ettinger, 24 ans, doté d’un prestigieux pedigree dans les cercles violents et racistes. Il est le petit-fils de Meir Kahane, un rabbin américain radical immigré en Israël en 1971, où il a fondé le parti Kach puis été élu à la Knesset. Son parti fut interdit en 1988 et Kahane, assassiné en 1990, à New York. Depuis, plusieurs partis ultranationalistes et antidémocratiques ont fait irruption en Israël.

Un autre extrémiste arrêté s’appelle Mordechai Meyer, 18 ans, de la colonie de Maale Adumin, aux environs de Jérusalem. Il est le fils d’immigrants américains, venu apprendre la Torah. Le troisième est Ephraim Khantsis, immigrant d’origine américaine. Il est détenu pour avoir menacé les agents du Shin Bet. Le quatrième et dernier, Eviatar Slonim est le fils de juifs australiens.

Les Ettinger, Meyer, Khantsis font partie d’une longue liste d’extrémistes ayant des racines américaines. Era Rapaport, né à Brooklyn, joua un rôle déterminant dans l’attaque à la bombe contre le maire de Naplouse en 1980 ; en 1982, un immigrant originaire de Baltimore, ouvrit le feu sur la mosquée du Dôme, tuant deux Palestiniens et en blessant 11 autres. La même année, Yoel Lerner de Brooklyn fut emprisonné pour avoir créé un mouvement pour le renversement du gouvernement israélien et la destruction du Mont du Temple.

…(…)…

A l’heure actuelle, de sources américaines et selon diverses études, les colons originaires des Etats- Unis sont entre de 12% à 15% (environ 60 000 colons) de la population totale des israélo- américains. Ils ont pour la plupart rejoint les mouvements ultra-orthodoxes, religieux, et d’immigrants récemment arrivés. Peu vivent sur des avant-postes en haut de collines, mais plutôt dans des colonies urbaines près de Jérusalem et sont fortement imprégnés d’idéologie.

Plutôt que de citer la Bible ou épiloguer sur une vision messianique, ils ont tendance à décrire leurs activités dans les termes des valeurs américaines de l’idéalisme – une chance de « défendre les droits de l’homme et de vivre » « dans la grande terre d’Israël », souvent en face d’une tasse dans les cafés Starbuck, dans leur préfabriqués en aluminium ou les villas des colonies urbaines. Pour eux, vivre en Cisjordanie – occupée - c’est faire œuvre de pionnier de la nouvelle frontière ; et, c’est simplement gênant que les biens visés soient les terres privées des Palestiniens. Pour la frange la plus fanatique, cette analogie avec l’Ouest Sauvage conduit à la violence la plus indiscriminée.

… Dès les années 1990, le rabbin Shlomo Riskin, fondateur et dirigeant spirituel de la colonie d’Efrat, déclara : « J’ai marché avec Martin Luther King et j’ai vraiment vécu cette question d’égalité de droits». Mais, pour lui maintenant, les colons sont des victimes. « Nous ne nous battons pas contre un ennemi qui applique les mêmes règles que nous. Etant donné la cruauté et la barbarie des Arabes contre leur propre peuple, notre impératif moral est de ne pas se suicider ». Il a même comparé les colons aux afro-américains de la lutte des droits civils. Un autre activiste américain, Yechiel Leiter, s’est appuyé sur le discours de Gettysburg de Lincoln pour « illustrer que l’indépendance et la liberté ont leur prix ».

… Traduisant les Ecritures en morceaux cohérents, les colons israélo-américains ont ainsi joué un rôle fondamental dans la nouvelle image du mouvement de colonisation israélienne. Ces libéraux auto-proclamés [libéraux au sens étasunien du terme, c'est à dire plus ou moins progressistes – NDLR] s’attellent maintenant à détourner l’attention des crimes commis par les Juifs.

Quand les parents de Mordechai Meyer dénoncent, dans une conférence de presse, la détention de leurs fils, alors qu’ils ont vécu aux Etats-Unis dans une démocratie et ont fait leur aliyah vers un Etat démocratique, « notre fils est en prison sans que nous ne sachions pourquoi », ils ont raison de dire que la détention administrative indéfinie est antidémocratique, mais il est plutôt amusant qu’ils soulignent les tendances contraignantes du système pénal israélien pour détourner l’attention des crimes commis par leur fils. Après tout, nous n’avons pas connaissance de critiques de colons quand des centaines de Palestiniens sont détenus indéfiniment sous les mêmes lois.

Les Meyer et beaucoup d’autres comme eux ne voient aucune contradiction à recourir à un langage libéral pour soutenir leur projet de colonisation totalement illégal… Pendant des décennies, leur condamnation de l’extrémisme juif a été étouffée ou émoussée par les tentatives de le disculper sous prétexte qu’il fallait « comprendre le contexte » - euphémisme utilisé pour justifier une réaction à la violence palestinienne. Il ne sert à rien aux Juifs d’exiger le bannissement des Palestiniens meurtriers, si des mesures identiques, draconiennes, ne sont appliquées à ceux de leur propre camp.

Aux Etats-Unis ou ailleurs, les Juifs américains ne peuvent absoudre par des silences honteux. C’est un devoir pour tous ceux qui recherchent la paix et la justice d’expulser de leur communauté les terroristes et leurs sympathisants.

Sarah Yael Hirschhorn, est chargée de cours à l’Université d’Oxford et auteur du livre « City on a Hilltop : American Jews and the Israeli Settler Movement since 1967 ».

*Source et titre original : Israeli terrorist, born in the USA

(1) Note AFI-Flash: A l’époque on n’employait pas cette expression – On pourrait aussi rappeler l’enlèvement à Jérusalem de Mohammad Abou Khdeir, adolescent palestinien de 16 ans, brûlé vif par des colons juifs en juillet 2014, en représailles à l’enlèvement et à la mort de trois adolescents israéliens, ni revendiqués, ni élucidés.

(2) Note AFI-Flash (Source : Washington Report, Septembre 2015, p. 11): « La mort horrible de cet enfant de 18 mois a conduit Netanyahou à le qualifier d’acte terroriste, le seul à l’être face aux 2100 actes de violence commis contre les Palestiniens, leurs institutions religieuses, leurs maisons, et leurs autres biens, par des colons israéliens, depuis 2006 ou 11. 000 depuis 2004, selon les sources palestiniennes. Tous ces actes furent l’objet d’investigations superficielles, en raison de l’anonymat supposé des auteurs, pendant quelques heures et les dossiers furent clos.

Ce qui a motivé cette qualification est la peur d’Israël qu’une boite de Pandore soit ouverte pour remettre en question sa politique et son entreprise de colonisation dans sa globalité…En ignorant les autres crimes dus au non-respect de la 4ème Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre et les limites au pouvoir de la puissance occupante – non transfert de sa population dans les territoires occupés- Israël espère éviter l’application du droit international dans son intégralité et la dégradation de son image au sein de l’opinion publique qu’un tel procès entraînerait.

Récemment, le président Abbas a décidé de mettre à profit son adhésion à la Cour pénale internationale pour demander une enquête officielle sur les crimes de guerre des forces militaires israéliennes, et pour ce crime en particulier, en complément du dossier sur la colonisation. »

Photo : Graffitis de colons juifs en Palestine occupée.

Sur le même sujet, lire aussi :

Israël protège les colons juifs terroristes

« Ils ont la haine… » : Un adolescent palestinien brûlé vif

Palestine : Le lourd bilan des colonies israéliennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents