Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


La Norvège libère Mulla Krekar, fondateur d’Ansar al-Islam

Publié par Gilles Munier sur 8 Février 2015, 13:39pm

Catégories : #Kurdistan

La Norvège libère Mulla Krekar, fondateur d’Ansar al-Islam

Par Gilles Munier/

Mulla Krekar, 58 ans, kurde irakien fondateur de l’organisation djihadiste Ansar al-Islam, a été libéré le 25 janvier dernier en Norvège où il était interné depuis deux ans et 10 mois (1). Il a aussitôt été assigné à résidence à Kyrksaeteroera, village situé sur un fjord à 500 kilomètres au nord d’Oslo.

Les autorités judiciaires norvégiennes qui l’ont assigné à résidence voudraient maintenant l’extrader en Italie. Y parviendront-elles? Son avocat a fait appel de la décision « au nom des droits de l’homme »…

Mulla Krekar espère retourner au Kurdistan, mais comme son passeport ne lui a pas été rendu, et que son nom– ainsi qu’Ansar al-Islam - est sur la liste noire des organisations terroristes de l’ONU et du Département d’Etat US, aucune compagnie aérienne ne lui délivrera un billet.

A Erbil, capitale du Kurdistan irakien, son frère a quand même pris contact avec le gouvernement régional pour négocier son retour. Massoud Barzani et la famille Talabani n’y tiennent pas. En revanche, les trois principales organisations islamiques kurdes – Mouvement islamique du Kurdistan, Groupe islamique du Kurdistan et Union islamique du Kurdistan - y sont favorables. Muhammad Hakim, porte-parole de la Société islamique du Kurdistan (KIS), a déclaré qu’il serait enchanté de voir Krekar poursuivre sa lutte au sein de son parti (2). Ses ennemis, nombreux au PDK (Parti démocratique du Kurdistan) et à l’UPK (Union patriotique du Kurdistan), craignent son charisme, tout en reconnaissant en lui un intellectuel musulman brillant, un poète féru d’histoire du monde moderne et notamment de celle du Proche-Orient.

Ben Laden, « joyau sur la couronne de l’islam »

Mulla Krekar – de son vrai nom Najmeddine Faraj Ahmad – ancien opposant au régime baasiste irakien, a le statut de réfugié en Norvège depuis 1991. Mais, cela ne l’a pas empêché de retourner clandestinement en 2000 dans le nord de l’Irak pour fonder Ansar al-Islam qu’il a dirigé, selon ses dires, jusqu’en 2002.

Krekar avait constitué un califat dans les régions de Biara et Tawela, deux villages de montagne proches de la frontière avec l’Iran, au nord de Halabja. Son organisation faisait partie des réseaux d’Oussama Ben Laden dont il a fait la connaissance en 1988 à Peshawar, au Pakistan et qu’il décrit comme « un homme bon, un bon musulman opposé à l’administration Bush », « un joyau sur le couronne de l’islam ».

Après le renversement de Saddam Hussein, quand le djihadiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui - futur chef d’Al-Qaïda au pays des deux fleuves - s’est installé au nord de Halabja, Mulla Krekar était rentré définitivement à Oslo. Il y condamnait l’invasion américaine, allant jusqu’à promettre la mort à tous ceux qui collaboraient aves les troupes d’occupation américaines en Irak, y compris « les civils qui leur offre un verre d’eau à boire » (3).

Le PST (Politiets Sikkerhetstjeneste - service secret norvégien chargé de la sécurité intérieure) le considèrent comme une « menace pour la sécurité nationale », mais la législation du pays, très respectueuse du statut de réfugié politique, ne devrait pas permettre de l’expulser.

Allégeance au califat

Sous George W. Bush, la CIA a tenté à plusieurs reprises d’enlever Mulla Krebar. En février 2003, juste avant l'invasion de l'Irak, Colin Powell le présentait comme un lien organisationnel entre Al-Qaïda et Saddam Hussein.

Des agents secrets américains, venus d’Italie – dont celui qui avait kidnappé Hassan Mustafa Osama Nasr, un religieux soupçonné à tort de terrorisme transféré clandestinement dans un centre de torture secret égyptien - ont tenté de d’enlever Krekar à Oslo. L’opération a échoué, un officiel norvégien ayant prévenu Krekar, lui donnant le temps d’ameuter les médias et de réclamer une protection spéciale (3).

Mulla Krekar était incarcéré à la prison de Kongsvinger, un centre de détention réservé aux étrangers, pour avoir menacé, en juin 2010, la députée conservatrice Erna Solberg, aujourd’hui Premier ministre en déclarant que s’il était assassiné, à la suite d’une « déportation », « elle subirait le même sort ». Surnommée « Solberg de fer » - en référence à Margaret Thatcher - la Premier ministre est connue en Norvège pour ses amitiés israéliennes. En 2008, elle a refusé d’accorder l’asile à Mordechaï Vanunu, l’ingénieur qui a révélé l'existence du programme nucléaire militaire israélien au Sunday Times, en 1986.

On ne peut pas dire que l’Italie soit le havre de paix convenant à Mulla Krekar. La CIA et les services secrets de l’OTAN y ont toujours eu les mains libres, si ce n’est plus. Il a promis aux habitants de Kyrksaeteroera où on l’a assigné à résidence, de leur apprendre la cuisine kurde ! Mais, sa dernière apparition sur Al-Jazeera n’est pas de nature à améliorer son sort en Occident : n’étant pas du genre à cacher ses opinions, il y a déclaré son admiration pour l’Etat islamique et accusé ceux qui résistent au Califat d’être des « lâches » au service des Etats-Unis et de l’Iran (4).

Photo : Mulla Krekar se recueillant dans la neige à sa sortie de prison

(1) Libération de Mullah Krekar de la prison de Kongsvinger

(2) Mixed feelings in Kurdistan as Norway set to free radical Mulla Krekar (Rudaw – 16/1/15)

(3) The CIA and The Militant Who Eluded It in Norway par Craig Whitlock (Washington Post- 4/12/06)

(4) Kurdish Islamic radical Mullah Krekar: Only ISIS can fulfill Muslim ‘ambitions and dreams (Ekud Daily – 5/2/15)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents