Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Drones sur Paris: le gouvernement français soumis à un chantage. Mais de qui?

Publié par Gilles Munier sur 25 Février 2015, 06:43am

Catégories : #Terrorisme

Drones sur Paris: le gouvernement français soumis à un chantage. Mais de qui?

Par X (revue de presse : TSS -25/2/15)*

La nuit du 15 au 16 janvier dernier l'Elysée avait déjà été survolé par un drone, mais jamais autant de drones (5 semble-t-il) n'avaient été aperçus à Paris comme dans la nuit du 23 au 24 février, entre 0H et 6H.

Ces opérations demandent des moyens financiers et humains conséquents, peu à la portée d'un groupe "terroriste"... S'agit-il "d'entraînements", avant action, ou d'un chantage exercé sur l'Etat "français", par un autre Etat? Très curieux en tout cas....

En particulier en milieu urbain, il n'existe aujourd'hui aucune parade "opérationnelle" (certains parlent, pour rire sans doute, de "brouillage", de laser et même de "gerbes de plomb"). En attendant la solution miracle, le largage de nuit sur Paris de quelques "bombinettes" suffirait à terroriser la population et à ridiculiser les autorités, d'ores et déjà défaillantes.

Sauf erreur, il y a eu il y a quelques années une affaire de chantage à partir du sabotage virtuel de plusieurs lignes du réseau ferré, jamais élucidée…

_______

*Fin octobre 2014, une bonne quinzaine de sites nucléaires français ont été survolés par des drones sans que la DGSI ait pu prévenir ces "opérations" ni que l'armée de l'Air ait été matériellement en mesure de les faire échouer. L'impuissance, réelle ou voulue de la DGSI a été totale. Pourtant, cette opération "drones sur centrales" a dû mobiliser une bonne vingtaine de "militants" aux quatre coins de la France, à ce jour tous inconnus de la DGSI! Quant à l'armée de l'Air elle ne peut disposer aujourd'hui que de 7 ou 8 radars moyenne ou basse altitude (radars ANDG datant déjà de 1991) susceptibles, en théorie, de localiser les drones en question. Pour intercepter ceux-ci la misère est plus grande encore (missiles Crotales et Mamba dont la disponibilité est plus que douteuse...). En résumé, et sur un préavis suffisant, l'armée de l'Air pourraient protéger 4 ou 5 centrales nucléaires, pas plus. On peut donc aisément imaginer qu'un jour prochain une équipe de "terroristes" puisse envoyer sur le perron de l'Elysée 1 ou 2 kgs de C4 ou de Semtex au moyen d'un drone programmé. Que pourront faire dans ce cas de figure les services de l’Etat, à ce jour visiblement impuissants?
(TSS le 16-11-2014)

Pour qui sont ces drones qui sifflent sur vos têtes ?

Photo : Drone

Source : TSS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents