Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Printemps irakien : «Nous voulons que notre révolution soit soutenue et reconnue internationalement » dit le cheikh Hatem al-Suleiman

Publié par Gilles Munier sur 7 Juillet 2014, 06:19am

Catégories : #Irak

Printemps irakien : «Nous voulons que notre révolution soit soutenue et reconnue internationalement » dit le cheikh Hatem al-Suleiman

Par Gilles Munier

Le cheikh Hatem al-Suleiman, chef la tribu Dulaim qui a pris part active à la prise de Mossoul, est surpris de l’importance donnée par les médias au « soi-disant Etat islamique ». Pour lui Nouri al-Maliki est bien plus dangereux que l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daash). Résumé et synthèse de son interview, publiée par le site kurde Rudaw* :

La priorité du cheikh Hatem al-Suleiman est le renversement de Nouri al-Maliki et la formation d’un gouvernement de salut national représentant « le peuple sans discrimination », sa tribu s’occupera de l’EIIL ensuite, comme il s’est occupé d’Al-Qaïda dans le passé. Il accuse le Premier ministre irakien d’avoir libéré « des dizaines de détenus des prisons d’Abou Graib et de Badush », ce qui leur a permis de rejoindre cette organisation.

Il ne peut y avoir d’alliance entre les tribus et l’EIIL, dit-il, pour la bonne raison que cette organisation «n’accepte pas la notion de tribu ».

Pas de « ligne rouge » pour les rebelles des tribus

A part quelques villes tenues par l’EIIL, les rebelles des tribus ont le contrôle du terrain, dit Hatem al-Suleiman, ils sont à l’origine de la révolution en cours avec « l’Armée islamique, l'Armée Naqshbandi, des agents de police qui ont fait défection », et «d’anciens officiers de l'armée ». L’EIIL s’est greffé sur leurs victoires alors qu’il ne représente « même pas 7 à 10% des combattants ». S’il passe pour l’organisateur de la prise de Mossoul, c’est grâce à une campagne médiatique réussie via les réseaux sociaux, une campagne soutenue par les services secrets iraniens.

« Nous voulons », dit le cheikh al-Suleiman, « que notre révolution soit soutenue et reconnue internationalement ». Si Nouri al-Maliki n’est pas renversé, la prochaine étape sera la prise de Bagdad. « Il n’y a pas de ligne rouge pour les rebelles des tribus ».

*Anbar Tribal Leader: Maliki Is ‘More Dangerous’ Than ISIS, par Omar al-Mansuri (Rudaw – 6/7/14)

Photo: Le cheikh Hatem al-Suleiman (Rudaw)

Sur le même sujet, lire aussi :

Irak : « La partition est la meilleure solution » dit le chef de la tribu Dulaim

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents