Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France-Irak Actualité

France-Irak Actualité

Analyses, informations et revue de presse. La situation en Irak, au Proche-Orient et du Golfe à l'Atlantique.


Le conflit de Gaza ranime le conflit entre Frères Musulmans et Saoudiens et leurs alliés

Publié par Gilles Munier sur 21 Juillet 2014, 16:46pm

Catégories : #Frères Musulmans

Le conflit de Gaza ranime le conflit entre Frères Musulmans et Saoudiens et leurs alliés

Par Jean René Belliard (revue de presse : jrbelliard.blog - 21/07/201)*

La communauté sunnite, la Umma, n'en finit pas de se diviser et de se quereller et la guerre à Gaza a révélé ou plutôt réanimé, une ancienne division.

Gaza et la Turquie : Dernières places fortes des Frères musulmans
Au moment ou l’armée reversait en Egypte Mohammed Morsi, un président élu proche des Frères Musulmans, on assistait à l’éviction de la confrérie de la scène politique dans un grand nombre de pays. Les Ikhwan ne comptaient plus que pour quantité négligeable dans la guerre que se livrent en Syrie les Jihadistes de l’Etat Islamique et le Front Islamique soutenu par l’Arabie saoudite. Le parti Ennahda, que l’on disait proche des Frères Musulmans, renonçait à imposer sa vision d’une Tunisie régie par les lois islamiques. Même le Qatar, pourtant en pointe dans son soutien à la confrérie, faisait pendant un temps profil bas sur insistance de l’Arabie saoudite et des émirats du Golfe. Les seuls endroits où ils résistaient encore et continuaient d’occuper le haut du pavé étaient finalement Gaza et la Turquie.

La guerre que mène le Hamas contre Israël remet les Frères musulmans en piste
Pour les Ikhwan, la guerre que mène le Hamas contre Israël est une excellente nouvelle. Elle permet aux Frères musulmans d’apparaître comme les seuls véritables combattants de l’Islam face à ce qu’ils appellent « l’occupation par Israël de la terre sainte ». Au moment même où les Jihadistes de l’Etat Islamique usent leur énergie en combats fratricides et en menaces sanguinaires à tous les Musulmans qui ne reconnaîtraient pas sa suprématie. Quant au pouvoir Saoudien, il y a longtemps que la rue musulmane s’est faite une opinion à son sujet : Inutile de compter sur lui pour libérer Jérusalem et la Palestine !

La guerre ravive les tensions entre l’Egypte et la Turquie
Deux pays comptent bien profiter de ce conflit pour afficher ouvertement leur soutien au Hamas et apparaître aux yeux des Musulmans comme les seuls véritables combattants de la foi : la Turquie et le Qatar.
Depuis quelques jours, les attaques fusent en provenance de ces deux pays contre l’immobilisme des autres pays musulmans. Cela énerve beaucoup les dirigeants arabes incriminés, comme le président égyptien et les émirs du Golfe.
Le dimanche 20 juillet, l'Egypte a convoqué le chargé d'affaires turc pour lui faire part du mécontentement égyptien après les critiques du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, contre l'attitude du Caire dans le conflit entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.
Erdogan avait dénoncé, vendredi 18 juillet, le rôle de l'Egypte et de son président "tyran", Abdel Fattah al-Sissi, dans l'opération militaire israélienne à Gaza.
Il faut dire que les relations entre Le Caire et Ankara étaient très mauvaise depuis la destitution par l’armée du président islamiste Mohammed Morsi alors qu’elles étaient excellentes lorsque celui-ci était encore au pouvoir.

Et entre le Qatar et les émirats du Golfe
Encore une fois, c’est la chaîne satellitaire al-Jazira qui a mis le feu aux poudres. Il est de notoriété publique que le Qatar soutient ouvertement les Frères musulmans alors que les Emirats ont déclaré la guerre à la confrérie et jugé et emprisonné plusieurs de de ses membres pour complot.
Les Emirats arabes unis accusent la chaîne Al-Jazira et des sites internet proches des Frères musulmans du Qatar de "fabriquer" des informations laissant entendre qu'ils soutiennent l'opération israélienne à Gaza.
Le ministre d'Etat aux Affaires étrangères émirati, Anwar Gargash, a demandé à Al-Jazira de "s'excuser publiquement" pour avoir repris une information faisant état d'une rencontre entre les chefs de la diplomatie des Emirats et d'Israël.
Le site de la chaîne Al-Jazira Mubasher Misr affirmait que le cheikh Abdallah ben Zayed, le ministre des Affaires étrangères émirati, aurait proposé à Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères israélien, un faucon, d’aider Israël à venir à bout du Hamas.
Al-Jazeera affirme avoir repris l'information d'un site appelé "Arabi 21", qui dit la tirer de la 2è chaîne de la télévision israélienne, qui, à son tour, a démenti, selon les médias des Emirats, en être à l'origine.
Sur son compte Twitter, cheikh Abdallah ben Zayed, expliquait qu'il n'éprouvait même pas le besoin de démentir avoir rencontré Avigdor Lieberman, tellement il trouvait cette information grotesque.
Le querelle concerne également l’activité du Croissant-rouge dans la bande de Gaza. Abou Dhabi accuse les Frères musulmans et le Hamas d’orchestrer une campagne vicieuse contre le Croissant rouge sur Internet. Selon les sites islamistes le Croissant rouge serait infesté d’espions émiratis « se livrant à des activités de nature à aider Israël dans son opération. » Ces accusations ont naturellement suscité l'indignation de la presse des Emirats. L’un des commentateurs s'est élevé lundi 21 juillet, dans les colonnes du quotidien Al-Ittihad d'Abou Dhabi contre "une campagne systématique du Qatar et des Frères musulmans contre les Emirats".
Les relations entre le Qatar et les Emirats étaient déjà détestables. La guerre à Gaza n’a pas arrangé les choses. Les Emirats avaient déjà, le 5 mars 2014, rappelé leur ambassadeur à Doha, tout comme l'Arabie saoudite et Bahreïn. Il s’agissait d’un geste sans précédent destiné à dénoncer l’ingérence du Qatar dans les affaires de ses voisins et le soutien qatari à la mouvance islamiste soupçonnée de chercher à déstabiliser les régimes de la région. Le 10 juillet deux ressortissants du Qatar avaient encore été arrêtés aux Emirats pour espionnage.

L’Egypte aura du mal à servir de médiatrice
L'Egypte, habituelle médiatrice dans les conflits entre le Hamas et Israël, n’a plus les mêmes relations avec l’organisation islamiste palestinienne depuis l’élection du général al-Sissi à la présidence égyptienne.

Les seuls médiateurs possibles seront la Turquie ou le Qatar
La Turquie et le Qatar, qui entretiennent de bonnes relations avec le Hamas, sont les seuls pays à pouvoir encore jouer le rôle de médiateurs pour mettre fin au conflit. Mais pour l’instant, Israël refuse de voir ces pays jouer un rôle quelconque et les Occidentaux font mine, parce que cela les arrange, de croire au succès d'une médiation égyptienne. Peut être que les Egyptiens arriveront à arranger un accord de trêve, ou de cessez-le-feu, mais cela se fera au prix d'importantes concessions en faveur du Hamas, en tout cas beaucoup plus importante que si cet accord était l'œuvre du Qatar ou de la Turquie.

Photo: Logo de la Confrérie des Frères Musulmans

*http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2014/07/21/le-conflit-de-gaza-ranime-le-conflit-entre-freres-musulmans-258080.html

Jean René Belliard est analyste et conseiller pour le Moyen Orient. Il fournit informations et analyses à plusieurs hommes politiques français.

Jean René Belliard est également l’auteur de « Beyrouth, l'enfer des espions ».

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents